Nickel Mining Company

30 ans d’aventure industrielle et humaine, un groupe calédonien au cœur de l’activité minière internationale

NMC : une co-entreprise fruit d’un partenariat entre SMSP et POSCO

POSCO, un des plus importants aciéristes au monde et le groupe SMSP, principal exportateur de minerai de nickel de Nouvelle-Calédonie, ont uni leurs forces pour offrir le meilleur ferronickel au monde.

18 ans après son rachat par la SOFINOR, la SMSP qui a l’origine n’avait ni titre ni domaine minier et travaillait essentiellement pour alimenter l’usine de Doniambo, fit son entrée dans le domaine réservé de la métallurgie avec la mise en production de l’usine de Gwangyang en Corée du sud. Après Total et Renault, il s’agit du troisième plus grand investissement industriel français jamais réalisé en Corée.

Pour en arriver là, il aura fallu traverser des étapes : passer de la sous-traitance à la mine et de la mine à la métallurgie.

Aujourd’hui l’objectif est atteint et cela constitue une immense fierté pour le groupe dont la stratégie se joue maintenant sur les terrains de la mine, de la métallurgie et de la finance et ce afin que les revenus générés permettent de lever des fonds pour participer au développement du pays.

En 2008, la SMSP fait naître une nouvelle voie de valorisation de la ressource minière et offre ainsi aux petits mineurs calédoniens l’opportunité de valoriser leurs ressources, de lisser leurs exportations sur le long terme et de pérenniser leurs exploitations.

En 2011, la décision du partenariat SMSP / POSCO de procéder à l’extension de ses capacités de production de ferronickels tout en diminuant la teneur d’exportation, permettra de pérenniser les ressources minières pour les années à venir.

En transformant le minerai en métal, l’industrie extractive calédonienne peut s’inscrire dans un schéma de développement durable qui permet de valoriser la mine et de maîtriser les volumes d’exportation tout en contribuant à la création d’une valeur ajoutée ramenée au pays.

Grâce à la revalorisation de ses actifs miniers, SMSP acquiert une participation majoritaire dans le capital de l’usine Gwangyang qui transforme le minerai, ce qui pérennise l’exploitation minière en Nouvelle-Calédonie.

POSCO de son coté, sécurise une partie important de son approvisionnement en ferronickel au sein du même partenariat.

NMC a procédé à l’adaptation des mines apportées par SMSP, et a confirmé les ressources exploitables suivant un standard international.

Ce partenariat original et novateur entre un aciériste de taille mondiale et un mineur, repose sur la suppression des coûts d’intermédiation assurant ainsi des revenus supérieurs à ce que procure l’extraction minière traditionnelle.

En effet, la particularité d’un tel montage fondé sur la suppression des coûts d’intermédiation permettant la réduction des coûts, donc le traitement de minerai à basse teneur, réside dans le fait que la SMSP apporte 49% de ses actifs miniers (hors Koniambo) contre une prise de participation à hauteur de 51% dans le capital de la société coréenne propriétaire de l’usine.

L’intégralité de la production est vendue à POSCO.

Chaîne commerciale traditionnelle
Chaîne commerciale actuelle
Qu’apporte ce modèle aux partenaires et aux pays ?

Pour POSCO 

  • S’assure la maîtrise d’une partie de ses besoins en ferronickel « de la mine à l’usine ».
  • Le partenariat est rentable et sécurisant : il possède ses propres gisements, dispose d’un savoir-faire minier et a construit lui-même son usine.

Pour la SMSP et la NMC 

  • Valorise tout le minerai de ses ressources à des teneurs modérées et constantes.
  • Sécurise l’activité locale, et notamment les emplois directs et indirects.
  • S’assure de la maîtrise de l’usine comme de la mine, et l’accès au produit des ventes de métal.
  • S’assure un revenu qui lui permet de participer au développement durable du pays.

Pour le pays

Les retombées économiques du partenariat incluent les prestations de service, la sous-traitance aux entreprises, la masse salariale, les impôts et taxes versés aux institutions publiques, et les dividendes payés aux collectivités locales.

La co-entreprise NMC dont le capital est détenu par la SMSP et POSCO est dirigée par un conseil de direction paritaire composé de six membres dont trois membres nommés par la SMSP et trois membres nommés par POSCO.

Le comité de Direction de la NMC se décompose en 6 directions, chacune reportant au Président.

DHSSEP : Direction Hygiène, Sécurité, Sûreté, Environnement et Permitting
DRH : Direction des Ressources Humaines
DSTIE : Direction Sous-traitance et Intégration Économique
DIM : Direction Ingénierie Minière
DO : Direction des opérations

Au 31 décembre 2019, l’effectif permanent de NMC s’élevait à 680 personnes.